Des clowns pour les enfants à l'hôpital

Ils étaient DEUX en 1995QUATRE en 2007. Ils sont aujourd’hui HUIT comédiens clowns confirmés qui proposent plus de 100 visites par an aux enfants malades touchés par des pathologies sérieuses en région bruxelloise.

Qui sont ces clowns à l’hôpital et que font-ils exactement ?

Les clowns à l’hôpital : c’est drôle et… sérieux !

Les artistes confirmés qui se sont engagés dans ce travail sont des professionnels du spectacle (acteurs, comédiens, circassiens, musiciens) qui sont en plus sensibilisés à la problématique de l’hospitalisation en pédiatrie. Ils ne seront pour les enfants ni des soignants ni des thérapeutes, mais bien des compagnons de jeux un peu particuliers.

Ils ont appris, parfois sur le tas, quelques notions élémentaires des techniques hospitalières (ne pas être horrifié de voir un enfant installé en perfusion intraveineuse, savoir adapter sa présence à un enfant inconscient, etc.) Mais ils ont surtout accepté de faire un travail sur eux-mêmes, pour mieux comprendre les motivations qui les poussent à œuvrer dans un milieu qui regroupe souvent des populations fragilisées.

Le travail de clown se fait en duo et en improvisation, toujours en tenant compte de l’état et de la réceptivité de chaque enfant. Car, quand il arrive dans une chambre, le clown doit ajuster ses actions sur ce qu’il perçoit. Et chaque enfant a toujours le droit d’accepter ou de refuser une visite clownesque.

Qu’est-ce qui se passe, alors concrètement lors d’une séance de clowns ?

Lors d’une séance clownesque, il peut y avoir, selon l’attention de l’enfant ou son souhait : de la magie, de l’accordéon, des fils et des ficelles, des sketches de soins sur un nounours ou une poupée, des histoires sans queue ni tête, des globules de savon et des ballons, de la poudre de perlimpinpin.

L’objectif n’est donc pas de faire rire à tout prix, mais plutôt d’offrir une possibilité de trouver avec, en point de départ un « petit rien tout simple », des choses belles, fragiles et poétiques.

Avec beaucoup de douceur et d’écoute, il y aura une exploration, en compagnie de l’enfant, de la piste qui lui plaît et alors commence réellement l’animation d’une durée de 10 à 15 minutes par chambre de deux lits.

Bartok

Bart Walter

Bartok adore la musique, avec ses multiples instruments il fait briller les regards, comme des étoiles filantes rares…Il jongle avec la réalité, pour créer des moments uniques remplis de magie, de beauté et de rire. Le clown m’est cher car il m’offre la possibilité rare de pouvoir entrer en contact avec tant de publics différents, ceci en profondeur et avec légèreté. Clown à l’hôpital depuis 2005, je joue pour tous âges, de 0 à 99 ans. Références : Clowns à l’hôpital, Dr Zinzins, De Zorgclowns, Cliniclowns, contactclowns in de zorg. En tant que professeur, j’ai créé l’ école ClownSense avec la spécialité « clown en milieu de soins ».

Marie Bernique

Carine Limbosch

Petite femme simple et pudique qui cherche à bien faire, à bien s’habiller, à être bien comme il faut. Elle s’est découvert un côté autoritaire qui la comble, mais qu’elle exerce toutefois avec une certaine maladresse. Elle aime aussi la musique, la douceur et les choses interdites (s’asseoir sur les genoux des papas, embrasser les grands-mères sur la joue, danser sur les tables…) Elle se rend dans les hôpitaux et autres institutions depuis 2006 et chaque visite est l’occasion d’une rencontre à cœur ouvert où la découverte de l’autre dans l’instant présent tient une place primordiale. Ces moments uniques et ludiques lui procurent une joie immense.

Bretzel

Céline Taubennest

Bretzel est une charmeuse, un tantinet prétentieuse depuis son premier prix d’imitation de la poule ! Championne du Zapping-Karaoké, elle passe du swing au blues, de Pavarotti à Patricia Kaas, en passant par Mc Solar. Bretzel est un clown qui n’a pas peur de se confronter à la maladie, contactant en chacun sa part d’innocence et de naïveté, réveillant par la taquinerie et la dérision l’envie de jouer ou d’observer le plaisir que l’autre a de jouer, son parent, un soignant… Depuis 2004, elle rencontre des enfants de tous les âges et de toutes les nationalités à l’hôpital des enfants Reine Fabiola. Elle a rejoint la fine équipe des clowns à l’hôpital en 2007.

Aramboule, dit Bouboule

Thomas Linckx

Son surnom n’est pas dû à son surpoids, mais à sa passion pour les sphères. Des boules qu’il aime faire évoluer dans les airs. Éphémères et solitaires ou nombreuses et voltigeantes…Aramboul adore aussi s’égosiller. Certains diront chanter… Dans des sabirs parfois étranges. La boule à zéro, toujours avec un petit chapeau. Clown lunaire évoluant sur la Terre, autre sphère : c’est d’ailleurs d’un coin éloigné du globe qu’il tire son nom véritable : il y a juste ajouté un “u” pour que ça roule, roule, roule…À l’hôpital, depuis 2012 il se dévoile pour espérer voir l’étincelle éclater chez les enfants alités. Au fond de leurs prunelles…

Rondelle

Joëlle Waterkeyn

Certains enfants entendent « hirondelle ». Cela me plaît de laisser la porte ouverte aux multiples possibilités. Rondelle hirondelle aime chanter, bouger, baragouiner, gargouiller (mais surtout ne pas trop parler avec les mots d’ici) une langue imaginaire et comprendre tout, même ce qui n’est pas dit. Elle aime ses grandes chaussures, elle aime les boutons pour apprendre à compter ou faire de la musique, partir de ce qui est là et transformer l’espace, ouvrir la porte, découvrir l’enfant et le mettre en lumière. Clown à l’hôpital depuis 2014, elle aime les tous petits, les bébés, elle adore quand, par-delà les nuages, elle arrive à communiquer de cœur à cœur avec eux.

Rosa

Clara Lopez

Est-elle Clara, Carla, Irma, Juanita, Pepita, Bonita… ? Est-elle flamande, arabe, chinoise ou espagnole ? Est-elle une femme ou un homme déguisé en femme ? Est-elle séduisante et charmante, ou effrayante et choquante ? Est-elle comique ou dramatique ? Mais quoi ???Elle est, avant tout, un tout terrain sensible et gourmand. Elle aime les émotions fortes, danser avec les microbes, chanter sur les tables et se cogner avec tout ce qui ne bouge pas. Et surtout… tout donner! Elle se balade dans les hôpitaux et maisons de repos de Bruxelles et Liège depuis 2013, même si dans ses rêves c’est depuis toujours… Pour moi, les clowns à l’hôpital ce sont des restaurateurs de l’harmonie. Un enfant hospitalisé, récupère, au contact des clowns, son droit d’être un enfant avant d’être un malade.

Peruna

Jyoty Vennix

C’est un oiseau joueur, stupide et fou. Elle adore danser (de préférence des danses inventées par elle et, parfois, elle s’y perd) chanter (des chansons aussi inventées) tout en jouant du ukulélé et faire la fofolle, naturellement. C’est une aventure de traverser cette vie. Heureusement, elle sait tout de tout ce qui peut aider ! (Enfin, c’est ce qu’elle croit). Je trouve ça délicieux de jouer à l’hôpital pour apporter un peu de lumière et d’amour là où on ne l’attend pas pour les gens, les enfants des quatre coins du vent. Pour jouer ensemble. Clown en institution depuis 2013 aux Pays-Bas et en Belgique depuis 2016.

Biscuit

Thierry Boivin

C’est parce qu’il est craquant qu’on l’appelle Biscuit. En tout cas, il aime s’en vanter. Même s’il crâne souvent, il reste fragile et tendre à l’intérieur. Doux dingue enthousiaste et joueur, il aime faire des blagues parfois drôles. C’est un grand aventurier qui aime rester prudent. Un voyageur solitaire qui aime beaucoup se faire des copains. Travailler comme clown en milieu de soin depuis 2015, c’est à la fois recevoir beaucoup de tous ceux qui se voient obligés d’y rester peu ou prou et prendre plaisir à apporter de la fantaisie là où on ne l’attend pas.

lectus Donec ut adipiscing sem, ultricies Sed Curabitur ipsum in
Les clowns à l'hôpital - Logo blanc

Drôlement sérieux !

Inscrivez-vous pour être au courant de nos activités et campagnes de don.

Merci pour votre inscription !