Résultats d’une enquête à l’échelle européenne qui étudie l’impact de COVID-19

Marie Bernique et Rondelle, décembre 2021

PUBLIC HEALTH – SCIENCE DIRECT- 2021

Objectifs : Cet article présente les résultats d’une enquête à l’échelle européenne qui étudie l’impact de COVID-19 sur les organisations de clowns dans le domaine de la santé et encourage la communauté des soins de santé à réfléchir sur le rôle des clowns médicaux dans le système de santé.

Conception de l’étude : sondage en ligne.

Méthodes : L’enquête a été menée en juin 2020. Quarante organisations de 21 pays d’Europe ont répondu par le biais d’un mélange de réponses fermées et ouvertes.

Résultats : Pendant la pandémie, 36 des 39 organismes interrogés (avec une non-réponse) ont dû reporter ou annuler leurs activités artistiques. Alors que la crise se prolongeait, 34 d’entre eux sur 40 ont réussi à adapter leurs activités en personne, mais l’impact des interactions virtuelles et distantes avec les bénéficiaires était généralement perçu comme inférieur à celui des activités en personne. Dans les réponses ouvertes, de nombreuses organisations de clowns dans le domaine de la santé ont critiqué l’exclusion des clowns médicaux des établissements de santé à une époque où le besoin de soutien psychosocial était particulièrement aigu.

Conclusions : Le secteur de la santé devrait reconsidérer le rôle important que jouent les clowns médicaux dans les établissements de santé et autoriser des réglementations de sécurité plus inclusives et flexibles qui prennent en considération le bien-être holistique des groupes vulnérables, en particulier les enfants, les personnes âgées et les médecins. Personnel.

© 2021 Société royale de santé publique. Publié par Elsevier Ltd. Tous droits réservés.

            Alors que la pandémie de COVID-19 continue de dévaster les populations vulnérables, nous avons de plus en plus besoin de rire. L’humour augmente les émotions positives et diminue les émotions négatives et aide les gens à réinterpréter les situations stressantes d’un point de vue moins menaçant.1 Les preuves liant l’humour à la santé physique ne sont toujours pas concluantes, mais il est clair qu’en tant qu’activité fondamentalement sociale, l’humour peut renforcer les liens interpersonnels, remonter le moral et aider les gens à conserver l’espoir dans des conditions autrement paralysantes.1 L’humour est donc un outil pour renforcer la résilience face au stress ou aux traumatismes.

            En tant qu’artistes formés pour apporter les bienfaits de l’humour aux personnes en manque de joie, les clowns médicaux peuvent donc jouer un rôle important dans l’atténuation de cette crise. Une revue systématique d’essais contrôlés indique que les clowns médicaux ont un impact significatif et quantifiable sur le bien-être des enfants, bien que la plupart des études présentent un risque modéré de biais.2 Selon les preuves disponibles, les visites de clowns médicaux diminuent l’anxiété des enfants et des parents, ainsi que la douleur, le stress et la fatigue liés au cancer chez les enfants.2 Les clowns médicaux profitent également au personnel hospitalier en réduisant leurs émotions négatives, en rendant l’atmosphère de l’hôpital moins stressante et en facilitant leur communication avec les enfants.3

            Les personnes âgées sont un autre groupe cible susceptible de bénéficier des interventions des clowns. La monotonie et la solitude que beaucoup d’entre eux vivent dans les établissements de soins, associées à leur perte de contrôle et d’indépendance, ont tendance à exacerber les sentiments négatifs et tout problème médical préexistant.4 Des recherches préliminaires suggèrent que le clown peut améliorer l’humeur, la qualité de la vie et l’engagement social des personnes âgées tout en réduisant les symptômes de démence, en particulier l’agitation.5

            La pandémie de COVID-19 et les mesures de distanciation sociale associées ont augmenté la solitude et le stress dans toute la société, mais ces populations ciblées par les clowns médicaux, les enfants hospitalisés, les personnes âgées et le personnel soignant ont été particulièrement touchés. Les enfants et les jeunes sont susceptibles de souffrir des effets négatifs de la solitude, tels que des niveaux plus élevés d’anxiété, d’idées suicidaires et d’automutilation.6 Pourtant, les enfants hospitalisés ont été affectés par des restrictions de santé et de sécurité qui limitent les visiteurs, créant des dilemmes éthiques qui pèsent risque physique contre le risque émotionnel et psychologique de l’isolement.7 Pendant ce temps, les établissements de soins pour personnes âgées ont essayé de protéger les résidents âgés en maintenant le contact humain au minimum absolu, malgré l’importance bien établie de l’interaction sociale pour la santé physique et mentale des personnes âgées .8 Comme un médecin a décrit la situation dans les établissements de soins de longue durée, « mes patients sont devenus des prisonniers dans leurs maisons d’une chambre, isolés les uns des autres et du monde extérieur ».8 Les membres du personnel qui ont dû naviguer et mettre en œuvre ces politiques tout en s’inquiétant pour leur propre sécurité ont souffert de niveaux élevés d’anxiété et de démoralisation.9

            Efhco (la Fédération européenne des organisations de clown dans le secteur de la santé), en coopération avec RED NOSES International, a mené une enquête en juin 2020 auprès des organisations de clown dans le domaine de la santé travaillant avec des artistes clowns professionnellement formés et rémunérés en Europe. L’enquête comportait 34 questions fermées et ouvertes dans le but de saisir l’impact de la première phase de la pandémie dans différents services organisationnels, notamment la sphère artistique, les communications, la collecte de fonds et les ressources humaines. Les questions ont également été consacrées à l’apprentissage des réseaux de coopération entre les organisations pendant la crise et les prévisions des organisations pour l’avenir.

            Sur 117 organisations contactées par e-mail, des représentants de la direction de 40 organisations dans 21 pays européens ont répondu à l’enquête. Cet article ne rend pas compte des réponses à chaque question de l’enquête, mais se limite plutôt à présenter les résultats qui sont pertinents pour comprendre le rôle de l’humour et de l’art dans le système de santé. En particulier, cet article se concentre sur la réponse artistique des organisations de clown de la santé aux restrictions imposées par les installations médicales pendant la pandémie. Les résultats relatifs aux partenariats entre les organisations de clowns de la santé et les établissements médicaux ont également été inclus.

            En ce qui concerne le domaine artistique, 36 des 39 organisations interrogées ont déclaré avoir dû reporter ou annuler leurs activités artistiques, y compris les visites de clowns dans les services de pédiatrie, les maisons de gériatrie et les centres pour enfants handicapés. Néanmoins, le secteur des clowns de la santé a fait preuve de flexibilité et de créativité pour continuer à servir les populations vulnérables pendant la crise ; 34 des 40 organisations interrogées ont trouvé un moyen d’adapter leurs visites traditionnelles ou de créer de nouvelles formes d’interventions humoristiques. Dans le même temps, 27 des 37 organisations ont créé de toutes nouvelles activités de communication afin d’engager de nouvelles manières avec leurs bénéficiaires, les donateurs et le public.

            La principale stratégie évoquée par 27 organisations était de passer au numérique. Les organisations ont commencé à produire et à télécharger des vidéos de spectacles de clowns en direct en ligne, avec différentes vidéos adaptées à différents groupes d’âge, des nouveau-nés aux adultes, et pour différents groupes cibles, tels que les patients et le personnel de santé. De plus, de nombreuses organisations interrogées ont réussi à poursuivre leurs activités en personne de manière sécuritaire en organisant des concerts et des spectacles de clowns en dehors des installations médicales et sociales, devant les fenêtres ou les balcons et dans les cours. La réponse des patients lors de certaines représentations a été extrêmement positive, comme l’a décrit l’organisation française

a Avec une non-réponse.

b Avec trois non-réponses.

Compagnie du Bout du Nez : « Même derrière une vitre, même derrière un masque, ils nous ont reconnus. Une vieille dame s’est approchée de la fenêtre pour mettre sa main contre celle d’un clown. Ce n’était qu’un moment de joie et de tristesse partagée. »

Alors que la plupart des organisations de clowns en santé qui ont participé à l’enquête ont réussi à adapter leurs activités artistiques, elles ont noté que ces formes d’interaction à distance et virtuelles avaient un impact moindre que leurs visites en face à face habituelles. Selon l’enquête, 16 des 28 organisations qui ont adapté leurs activités en personne à en ligne dans les services de pédiatrie ont perçu que leurs activités avaient un impact moindre sur les enfants. Clown Doctors Ireland d’Aoife a rapporté que « les clowns et les enfants manquent l’interaction personnelle en tête-à-tête« . L’impact perçu des activités de clown était légèrement plus élevé dans les maisons de retraite ; seuls 10 des 21 organismes qui ont adapté leurs activités en maison de retraite perçoivent un impact moindre. Certaines organisations ont suggéré que leurs visites dans des maisons de retraite avaient un impact plus important pendant COVID-19 car leur besoin de contact avec l’extérieur était particulièrement élevé, car la plupart d’entre elles se sont vu refuser les visites même de la part de membres de leur famille proche et ont été laissées seules pendant la pandémie. Comme l’a mentionné l’organisation croate Crveni Nosovi : « Les personnes âgées dansant et chantant sur leurs balcons pendant les concerts étaient particulièrement émouvantes et enchanteresses, voyant la joie, l’énergie et le désir de faire à nouveau partie de la communauté et des activités ».

            De nombreuses organisations interrogées ont critiqué le fait qu’elles n’avaient pas le droit d’entrer dans les établissements médicaux et ne pouvaient pas continuer leur travail. Cette situation a eu un impact sur les moyens de subsistance des clowns médicaux, 17 des 37 organisations devant réduire le temps de travail de leurs artistes de 50 à 80 %. Dans le même temps, la réduction du volume de travail a conduit 31 répondants sur 37 à s’attendre à une baisse des revenus en 2021.

            L’exclusion des clowns médicaux des établissements de santé soulève des questions sur leur rôle dans le contexte médical et leur absence dans les règles de sécurité qui autorisent le personnel essentiel au sein des établissements médicaux pendant la pandémie. Pour les organisations de clowns de santé, cette expérience a été l’apprentissage de la crise le plus souvent mentionné : 11 des 29 organisations qui ont répondu à cette question ont écrit qu’il était nécessaire de reconsidérer le positionnement des clowns médicaux au sein du système de santé publique. L’organisation autrichienne Rote Nasen a reflété le sentiment partagé : « Nous voulons être un partenaire indispensable des établissements de santé. La crise du COVID-19 a montré à quel point notre travail est important, non seulement pour nos bénéficiaires existants, mais pour toutes les personnes qui ont besoin de joie ».

       Bien entendu, les organisations de clowns médicaux qui ont répondu à l’enquête ont tout intérêt à ce que les clowns médicaux puissent continuer leur travail. Pourtant, des organisations internationales de premier plan telles que les Nations Unies et l’Organisation mondiale de la santé ont également reconnu que la santé mentale et le soutien psychosocial doivent être une « composante essentielle » de toute réponse de santé publique, y compris au sein des services de santé généraux.10 La pandémie de COVID-19 a mis les établissements de santé subissent une pression et une incertitude sans précédent alors qu’ils s’efforcent de protéger leurs patients, mais cette protection a d’abord été réduite aux soins physiques. Au début de la pandémie, les visites de clowns médicaux ont presque toutes été annulées, ce qui suggère que la prise en charge psychologique et émotionnelle des patients a été négligée. Les réponses créatives des organisations de clowns dans le domaine de la santé montrent qu’il est possible de soulager l’humour même lorsqu’il est interdit d’entrer dans les établissements médicaux et de soins.

Pourtant, alors que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre les opportunités et les déficits du clown virtuel, des preuves anecdotiques de l’enquête indiquent que l’impact du travail des clowns en a souffert. 

Leçons tirées de la COVID-19

c Avec trois non-réponses. 

d Avec trois non-réponses.

S. De Faveri et M. Roessler

Peut être utilisé pour reconsidérer le rôle des clowns médicaux dans le système de santé afin que les institutions soient mieux à même de soutenir le bien-être holistique des groupes vulnérables, en particulier les enfants dans les hôpitaux, le personnel médical et les personnes âgées.

Déclarations de l’auteur

Remerciements

Les auteurs tiennent à remercier toutes les organisations de clown de la santé qui ont participé à l’enquête pour leurs précieuses contributions.

Approbation éthique

L’approbation éthique n’était pas requise pour cette étude, car aucune intervention n’a été effectuée, aucune population vulnérable n’a été impliquée et aucune donnée sensible n’a été collectée.

Financement

Silvia De Faveri et Maggie Roessler sont employées au sein du département Recherche et Apprentissage de RED NOSES International, mais aucun financement spécifique n’a été sollicité pour cette recherche.

Intérêts concurrents

Les deux auteurs sont employés par une organisation de clowns de soins de santé. Aucun financement spécifique n’a été accordé pour cette recherche.

Références

Voir sur le texte d’origine en anglais

Les clowns à l'hôpital - Logo blanc

Drôlement sérieux !

Inscrivez-vous pour être au courant de nos activités et campagnes de don.

Merci pour votre inscription !